SAINT LOUIS – LA PETITE HISTOIRE DU ROI LOUIS IX

SAINT LOUIS – LA PETITE HISTOIRE DU ROI LOUIS IX


Figure incontournable des manuels d’Histoire, Louis IX, plus connu sous le nom de Saint-Louis, se révèle un monarque exceptionnel à bien des niveaux. En 1226, Louis n’a que 12 ans quand son père meurt
après seulement 3 ans de règne. Encore trop naïf pour la politique et les intrigues de la Cour, c’est sa mère, la reine Blanche de Castille, qui assure la régence. Mais les Francs voient d’un mauvais œil
cette espagnole qui gouverne leurs terres. Pour éviter une révolte,
la reine fait rapidement couronner le jeune Louis. Elle le forme ensuite à sa destinée royale, selon l’expression : “Un roi sans instruction n’est qu’un âne couronné” En adolescent curieux de tout, il étudie
théologie et sciences et pratique les armes. L’enfant va rapidement se révéler être un esprit vif et un cœur vaillant, mais les punitions ne sont pas rares et le fouet
lui enseigne que nul n’est à l’abri d’un châtiment mérité, pas même un souverain. Pendant ce temps, les complots
contre le trône capétien se multiplient, Pour assurer la paix, Louis épouse Marguerite de Provence, fille de son opposant le plus dangereux. Leur union verra naître 12 enfants et l’amour fidèle de Louis, qui s’interdit tout libertinage, durera jusqu’à sa mort. Respecté pour ses valeurs incorruptibles, le roi est adulé par son peuple. Ses sujets l’adorent pour sa compassion
et la générosité dont il sait faire preuve. Il construira notamment
des établissements de soin pour les miséreux. Sa piété exemplaire lui vaut le soutien inconditionnel de l’Eglise. Louis se lève toutes les nuits pour prier, et la vie de Jésus est son modèle. Sa ferveur est d’ailleurs acclamée
quand il rachète la couronne d’épines du Christ, et la dépose dans la Sainte-Chapelle. Autre qualité, Louis est un administrateur économe. Cette sobriété s’exprime à travers
ses tenues modestes et l’absence de bijoux. Avec lui, ni banquet, ni beuverie : Louis aime la modération en tout. Les finances du royaume sont dès lors au beau fixe, ce qui va lui permettre d’accroître le domaine royal et de fonder la Sorbonne. Surnommé “ce bon roi Louis”, le souverain fait preuve d’un sens aigu de la justice et règle les litiges sans égards pour la condition des fautifs. C’est aussi lui qui va créer la possibilité d’appel devant un tribunal. Son impartialité est telle que son arbitrage
est même recherché par les seigneurs étrangers. Quand le royaume est menacé,
Louis se montre brave et sait protéger son peuple. En 1242, il écrase l’armée d’Henri III d’Angleterre, ainsi que les troupes de la révolte féodale du seigneur de Lusignan. L’an 1244 marquera un tournant décisif dans la vie de Louis : gravement malade, il survit et attribue
sa guérison miraculeuse à sa nouvelle mission divine : mener croisade en Orient. 4 ans plus tard, il conduit l’armée chrétienne en Egypte, mais s’y retrouve captif pour 2 ans. Libéré contre rançon, il n’abandonne pas sa sainte mission et reprend l’étendard croisé en 1270. Le 25 août de la même année, il finira par mourir du typhus à Tunis, après 43 années de règne. Rapportée à la Basilique de St Denis, sa dépouille est inhumée
auprès de ses prestigieux ancêtres capétiens, Il sera canonisé 1297 et est depuis fêté le 25 août. #Sous-titres (complétés) : El Micà

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *