Saint Gérasime du Jourdain. Film orthodoxe.


Saint Gérasime du Jourdain Il y a très longtemps, dans une région d’Asie mineure appelée Likya, vivait un petit garçon. -“Notre Père qui es aux cieux, que Ton nom soit sanctifié…” Depuis qu’il était petit, Saint Gérasime aimait le Christ et souhaitait lui ressembler. C’est pourquoi, il essayait d’aider autant de gens que possible. Il voulait que tous soient aimés et unis. – C’est ta faute ! – Arrête ! – Allez ça suffit, je vais te… – Arrêtez ! Ne vous disputez pas ! Ce ne serait pas mieux de jouer ensemble avec amour ? – Arrête toi-même ! Tu nous fatigues avec ton amour. – J’ai rien fait ! – C’est de ta faute ! – Qu’est ce que tu racontes ? – C’est de ta faute ! On va t’emmener aux lions pour qu’ils te mangent. – Ne dites pas ça. Les lions ne nous mangent pas si nous les aimons… Le petit Gérasime grandit et devint moine. Il partit pour le désert situé dans la vallée du Jourdain, où depuis le baptême du Christ, de nombreux moines et ascètes menaient la vie angélique. Nous nous situons au cinquième siècle environ. – “Encore et encore en paix, prions le Seigneur…” Après de nombreuses années d’ascèse et de prière, Saint Gérasime devint hygoumène du monastère. Dès lors, il eut le souci et la responsabilité spirituelle de toute la communauté. – Bénis, Géronda ! – Le Seigneur bénit, mon enfant. – Puis-je poser une question ? – J’écoute. – Pourquoi est-ce que tu ne ferme pas la porte de ta cellule à clé ? – Parce que ce n’est pas ma cellule. – La chaise, la table, les livres… rien de tout cela ne m’appartient. – Mais pourquoi, Géronda ? -Parce que, mon enfant, plus l’homme possède de choses, plus il oublie Dieu et pense à ces choses. – Mais s’il ne s’y attache pas, il reste libre, et peut ainsi être uni à Dieu, et pas aux choses matérielles. – Et si un voleur vient et les vole ? – Qu’il les vole. Qu’il emporte tout ! – Mais tu n’as pas peur, Géronda ? – De quoi aurais-je peur ? Mon âme, personne ne peut lui faire de mal, elle appartient au Christ. – Alors ces choses matérielles… Qu’il les prenne ! – Je prierai pour lui, et quand tu pries pour quelqu’un, tu l’aimes, tu n’en as pas peur. – Merci, Géronda ! Donne ta bénédiction. – Le Seigneur bénit, mon enfant. Saint gérasime ne vivait pas toujours avec ses moines. Parfois, il partait dans le désert où il priait pour le monde entier. Seul, avec le Dieu unique. Il sentait la présence de Saint Jean le Baptiste à ses côtés. Il marchait là où lui-même avait marché, et sa voix s’unissait à la sienne criant intérieurement : “Repentez-vous ! Le royaume de Dieu approche !” ” Seigneur, Jésus-Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi, pécheur. Seigneur, Jésus-Christ, Fils de Dieu…” – Te voilà libéré ! Calme-toi maintenant. – “Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi, pécheur…” – Un lion !! – Un lion ?? – Mais qu’est ce qui lui prend… Il n’a pas peur le Géronda ? – Il va tous nous dévorer ! – N’ayez pas peur, mes frères, c’est un gentil lion. Tous les animaux étaient ainsi avant la chute de l’Homme. Il sera notre ami, et notre protecteur. – Mais Géronda, où se trouvait-il ? – Il va tous nous manger ! – N’ayez pas peur. Je l’ai trouvé dans le désert, près du Jourdain. Il était blessé. Un clou lui était rentré dans la patte, et il souffrait. Comme je l’ai aidé en enlevant le clou, il est devenu doux comme un agneau et m’a suivi. N’ayez pas peur. Et puis… Je me disais qu’il pourrait nous être utile en tenant compagnie au petit âne qui nous transporte l’eau. Il ira avec lui à la rivière, et le protégera. Vous ne serez plus obligés de perdre toute une journée pour aller avec lui et veiller sur lui. C’est le lion qui ira. – Je propose que nous l’appelions “Jourdain”. Parce que le Géronda l’a trouvé près de la rivière du Jourdain. – Viens faire connaissance de notre petit âne, ton nouvel ami. Tu vas voir comme il va être content ! – Tu as un nouveau gardien aujourd’hui. Tu en as de la chance ! -Ouais… quelle chance ! J’aurais bien voulu être à ta place…. Tu auras bien de la chance s’il ne te dévore pas comme petit déjeuner ! – Mais qu’est-ce que vous racontez à cet animal ? Heureusement qu’il ne comprend pas. Vous feriez mieux de vous souvenir de nos passions et de nos péchés qui ont rendu la nature cruelle. – On disait ça pour plaisanter, Géronda… Pardon. – Nos péchés ne sont pas une plaisanterie, mon enfant. Si le lion est cruel, c’est par notre faute. – “Par les prières de nos saints Pères…” – Les voilà ! – Ils sont revenus ! Incroyable ! – Si seulement j’avais la patience du petit âne… – Si seulement j’avais l’obéissance du lion… – Comment aurais-je pu imaginé que je verrais une chose pareille : un lion et un âne se tenir compagnie. Un lion fidèle et obéissant. – Tu as vu ce que peut faire l’humilité et l’obéissance du Géronda ? – L’amour est une grande force. Quand tu penses que c’est elle qui a créé le monde… L’amour de Dieu. – Allez, bonne route ! Que le Christ vous bénisse ! – Un âne ! – Allons le prendre ! – Il sera robuste et travailleur ! – Où est passé le petit âne ? Se serait-il perdu ? – Le lion ! – Tout seul !? Où est le petit âne ? – Il avait peut-être envie de le manger ? – Voilà, c’était ça ! – Incroyable ! – Son instinct sauvage est revenu. – Pauvre petit âne… Comme tu as dû avoir peur, comme tu as dû souffrir… – Et moi qui croyais que l’amour pouvait guérir toutes les passions. – Quelle mort cruelle… – Animal cruel ! Tu n’en pouvais plus ? – Que se passe-t-il mes frères ? Où est le petit âne ? – Le lion l’a mangé, Géronda ! – Il l’a mangé ? – Oui, Géonda, c’est ça. – Bientôt, il va nous manger nous aussi ! – L’amour de Dieu est seulement pour l’être humain. Les animaux ne peuvent pas en tirer profit. – Est-ce que je suis devenu moine pour me faire dévorer par les lions ? – Calmez-vous. Quant à toi, à présent que nous n’avons plus d’âne, c’est toi qui iras chercher l’eau. Nous verrons bien si l’humiliation t’est profitable. N’en veuillez pas aux animaux. Souvenez-vous que c’est nous qui sommes responsables de leur cruauté. Je souhaite que tu te repentes et que tu te corriges. – Le fils prodigue est revenu ! – Bravo, mon grand. Tu apprends vite. – Ouais… Jusqu’ à ce qu’il dévore le suivant ! Mange ! C’est mercredi aujourd’hui, nous jeûnons. Que cela t’aide à te retenir. – Etrange animal… Il mange du pain ! Jeûne, obéissance, humilité… S’il n’avait pas mangé notre âne, il passerait pour le meilleur des chrétiens. – Je ne pense pas… parce qu’il ne peut pas glorifier Dieu. – Qu’est ce que tu racontes ? Il le glorifie par ses actes ! – C’est vrai mais… il ne prie pas, et il ne communie pas au corps du Christ, c’est incomparable. – Oui mais malgré tout ça, si lui, un animal sauvage a une telle ascèse, pense combien nous, nous devrions être meilleurs que ce que nous sommes ! – Voici l’âne ! – Notre petit âne ! – Où se trouvait-il ? – Il porte une corde… Il était donc attaché. On l’a probablement volé, puis attaché. – Peut-être quelques bandits ? – Oui, apparemment. – Quant à lui, il l’a trouvé, libéré et nous l’a ramené. – Et dire que nous l’accusions d’avoir tué le petit âne. – Finalement, Géronda, ton amour fait des miracles. Cet animal était complètement converti. – L’amour est celui du Christ. C’est cet amour que nous devons rechercher, et avec lequel nous devons vivre. A présent, retournons à notre travail. Le travail est une grâce. Et le Seigneur travaille sans cesse pour notre salut. Un jour, lorsque le lion revint de sa promenade, quelque chose avait changé dans le monastère. Les moines inquiets ne tiennent plus en place. Notre petit âne n’avait pas été préparé pour son trajet habituel. Un malheur était arrivé… Mais lequel ? – Le Géronda est mort. Notre père s’est endormi dans le Seigneur, Jourdain. Nous ne le verrons plus comme avant. Mais nous bénéficierons de ses prières, depuis le ciel. Viens. Je vais te montrer où est ton maître, tu vas comprendre. Depuis ce jour, le 04 mars de chaque année, notre église célèbre la mémoire de Saint Gérasime. Nous pouvons cependant lui parler tous les jours. Et si nous voulons lui ressembler, gardons toujours le Christ dans notre coeur et dans notre esprit. Ainsi, tout ce qui est sauvage et cruel comme le lion, deviendra simple et facile…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *